Paradise Lost Review – Les fanatiques du jeu

paradis perdu fait partie d’un genre relativement nouveau de jeu vidéo appelé simulateur de marche. Habituellement, les jeux de ce genre sont à la première personne et impliquent de se promener en regardant des objets dans un environnement intéressant, et peut-être en écoutant une voix off ou des enregistrements audio dispersés. L’environnement dans paradis perdu est un bunker nazi abandonné dans une chronologie alternative où la fin de la seconde guerre mondiale était la fin de l’humanité. Vous incarnez Szymon, un jeune garçon à la recherche d’un homme à partir d’une photographie que sa mère lui a donnée peu de temps avant sa mort.

paradis perdu a une prémisse intéressante, bien que plus courante grâce à la récente résurgence de la Wolfenstein série: les nazis dans le jeu ont une technologie qui surpasse de loin tout ce que les Alliés ont fait pendant la Seconde Guerre mondiale. Cela se traduit par l’énorme bunker que vous traversez pendant la durée de Paradis perdu. Le bunker est la partie la plus intéressante du jeu, et c’est un plaisir de regarder tous les petits détails. Des quartiers d’habitation serrés remplis d’objets oubliés contrastent avec des lacs et des cavernes souterrains gargantuesques. La conception environnementale est époustouflante. Malheureusement, le plaisir de votre environnement est entravé par la lenteur de la vitesse de déplacement de Szymon et l’ennui d’interagir avec les objets.

Image de deux mains agrippant une poignée de porte.

Les interactions avec les objets de l’environnement se déroulent toutes par un mouvement étrange avec la souris ou le joystick. Lorsque vous ouvrez une porte par exemple, vous devez cliquer sur la porte, attendre qu’un cercle apparaisse sur votre écran, cliquer et pousser la souris dans la direction de l’ouverture de la porte, maintenir votre souris pendant qu’une petite barre de progression se remplit, puis attendez la fin de l’animation de la porte d’ouverture. C’est une mécanique étrange qui semble être une tentative d’ajouter de l’immersion, mais le pop-up et la lenteur de tout l’événement atténuent l’effet. Je n’ai pas l’impression d’ouvrir une porte; J’ai l’impression de déplacer une souris dans un événement rapide. Ajoutez à cela la lenteur de chaque animation et leur surabondance, et cela conduit à une expérience fastidieuse. La façon dont la caméra bouge dans ces interactions et chaque fois que Szymon s’arrête de bouger m’a également laissé un peu mal des transports.

Photo d'une gare souterraine abandonnée.

L’histoire de paradis perdu est le deuxième aspect le plus intéressant. Cela m’a gardé assez intrigué pour terminer le jeu, même s’il aurait pu utiliser le développement de personnage supplémentaire que quelques heures de jeu supplémentaires auraient accordé. Il est difficile de connaître le personnage principal et de le comprendre quand on passe si peu de temps à l’entendre parler. Cela n’aide pas que vous puissiez parfois choisir ce que Szymon dit, et cela donne l’impression que ses croyances sur les événements en cours sont complètement arbitraires et dépendent du joueur. Les options de dialogue sont une décision étrange pour un jeu qui n’est pas du tout un RPG. Il y a aussi le dilemme du choix binaire à la fin du jeu qui m’a laissé frustré, surtout quand j’ai découvert que le jeu supprime votre fichier de sauvegarde à la fin. Pour voir l’autre fin, vous devez recommencer tout le jeu. Les «choix» que vous faites paradis perdu semblent seulement nuire à la cohésion de son récit.

Mon dernier problème avec le jeu est le grand nombre de bogues. Souvent, les textures de certains objets refusaient de se charger, provoquant des moments bizarres comme lorsque Szymon tenait un album photo invisible dans une cinématique. Dans une zone, c’était comme si les développeurs avaient oublié de placer une table, mais laissaient les divers papiers et articles de papeterie flottant dans les airs comme si la table était toujours là. Les nombreux bugs étaient ennuyeux. Heureusement, je n’en ai expérimenté aucun qui ait gêné mes progrès.

paradis perdu est un jeu simple et court, renforcé par un environnement d’une beauté envoûtante et affaibli par son histoire sous-développée. Malgré l’animation atroce et la vitesse de déplacement, j’ai apprécié mon temps avec le jeu. Il aurait bénéficié d’une histoire plus claire, de tests de bogues supplémentaires et de la réduction de certains mécanismes de jeu, mais cela augure bien pour les développeurs derrière le jeu. La conception environnementale est cruciale pour les simulateurs de marche, et ils savent clairement comment créer un environnement fascinant. J’ai hâte de jouer à leurs futurs jeux.

Image: PolyAmorous / All in! Jeux

Published

Commentaires

Aucun commentaire.

Laisser un commentaire